Derniers sujets

Agrandir le chat .
Partenaires
Publicité pour ton forum et échange de bannières

Elles vivent dans une grotte pour échapper aux antennes-relais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Elles vivent dans une grotte pour échapper aux antennes-relais

Message  Osiiriis le Mer 2 Nov - 1:03

Afin de se protéger des ondes émises par les antennes-relais et qui les rendent malades, deux femmes se sont réfugiées dans une grotte perdue dans les montagnes.

La connexion permanente de tous les individus d’une société au moyen des téléphones portables ou d’internet est une source de colère pour de nombreux défenseurs d’un mode de vie alternatif. Mais il arrive que le rejet de ce monde d’ondes et de fréquences ne soit pas fondé sur des principes moraux, mais soit carrément physique. Une allergie à la modernité : impossible ? Et pourtant, même si les cas sont extrêmement rares, il existe quelques personnes atteintes d’électro-sensibilité. Pour ces personnes, la proximité d’une antenne-relais peut être source de maux de têtes, de brulures ou de nausées.

Leur vie peut être un véritable calvaire, elles n’ont en effet souvent d’autres choix que de vivre en reclus. C’est le cas d’Anne Cautain et Bernadette Touloumond qui, pour se protéger des ondes qui les rendent malades, ont été réduites à s’installer dans une grotte perdue dans les Hautes-Alpes où elles comptent passer l’hiver. Comme le rapporte La Dépêche, leur installation est plutôt sommaire: un parquet de fortune, quelques bougies et pas grand-chose pour se réchauffer à part des couvertures dans cette grotte où la température ne dépasse pas les 10 degrés pendant ce mois d’octobre. L’hiver promet d’être rigoureux et Anne Cautain sait ce qui l'attend: "Cela fera bientôt mon troisième hiver ici, pourtant croyez-moi, je préférerais être dans une maison au coin du feu".

"Je me suis demandé ce que j'avais fait pour en arriver là"

Jusqu’en janvier 2009, cette femme de 55 ans menait une existence normale et travaillait en tant qu’agent technique dans une université de Nice. Le jour où elle est devenue intolérante aux ondes radios sa vie s’est transformée en celle d’un "animal traqué". Elle a essayé de multiples moyens afin de se préserver des maux de têtes intolérables que provoquaient chez elles les radiofréquences, allant jusqu’à se réfugier dans des coffres de voitures, des parkings souterrains, des campagnes isolées.

Outre leurs souffrances physiques, les deux femmes doivent également faire face à l’isolement et l’incompréhension à laquelle elles se heurtent souvent dans leur entourage. Ainsi Bernadette Touloumond a déclaré : "Quand je me suis trouvée dans cette grotte, je me suis demandé ce que j'avais fait pour en arriver là, je n'arrivais pas à y croire". Avant de vivre dans cette grotte, où elle est installée depuis quelques mois, elle a été hôtesse de l'air pendant 25 ans ; son mal a totalement chamboulé son existence : "On m'a traitée de folle, j'ai perdu la plupart de mes amis, ma famille a du mal à comprendre et je sais aujourd'hui que je ne pourrai pas retourner dans des musées".

Aujourd'hui, leur problème principal est que leur maladie n'est pas reconnue. Dans un rapport de 2009, l'Agence nationale de sécurité sanitaire a affirmé : "Aucune preuve scientifique d'une relation de causalité entre l'exposition aux radiofréquences et l'hypersensibilité électromagnétique n'a pu être apportée". Dans le même temps, elle ne remet pas en cause "la réalité du vécu de ces personnes". Environ 3% de la population française souffrirait d'électro-hypersensibilité et les cas extrêmes d’intolérance ne concerneraient que quelques dizaines de personnes à travers le territoire, c’est ce qu’a estimé l'association Robin des Toits, qui milite pour la reconnaissance de la maladie.

"Il existe des traitements"

Selon Dominique Belpomme, professeur en cancérologie à l'université Paris-Descartes, des études cliniques ont prouvé les effets des champs électromagnétiques sur la santé. D’après lui, l’attitude d’Anne Cautain et de Bernadette Touloumond qui ont choisi de vivre dans un isolement total, n’est pas une solution. Il a déclaré : "Je ne doute pas de leur souffrance, mais il existe des traitements comme les antihistaminiques pour les soulager. Encore faudrait-il qu'elles viennent me consulter".

Anne Cautain a expliqué que cela lui était tout bonnement impossible : "Je me suis déjà rendue à Paris, mais je ne m'en suis jamais remise à cause des innombrables antennes-relais qui jalonnaient le parcours". Les deux femmes ne se considèrent pas comme des marginales, elles n’ont pas choisi ce mode de vie de leur plein gré, mais tout simplement parce que tout autre environnement que cette grotte où elles ont trouvé refuge leur serait intolérable.

Source : Cliquez ici

_________________
Post tenebra Lux.
avatar
Osiiriis
Admin

Messages : 64
Date d'inscription : 24/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://informateur.creerforums.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum